langue

  • Les mots, les langues, la vie d’un peuple, la société...

    Je suis passionnée par le langage pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles est qu’il constitue un témoignage de la culture de nos sociétés. En effet, le langage est influencé par nos habitudes, nos pratiques, nos coutumes, nos comportements… Ou peut-être est-ce l’inverse et il agit sur nos attitudes, nos traditions et même plus : notre manière de penser.

    Entre la poule et l'œuf...

    Une amie norvégienne m’expliquait que dans leur langue le mot « døgn » signifiait la journée entière, c’est-à-dire le jour et la nuit. En français, nous distinguons bien ces deux parties. Les Norvégiens connaissent des hivers avec seulement cinq heures de jour. Heureusement pour eux, les étés sont beaucoup plus cléments et la lumière est présente dix-neuf heures sur vingt-quatre. Il apparaît logique que dans ce contexte un jour ne soit pas divisé en deux tranches, mais qu'il forme une unité.

    Dans la société japonaise, le travail constitue une valeur primordiale. Ce constat est en train d’évoluer, car les jeunes générations ont vu leurs parents s’épuiser au bureau et ils aspirent ainsi à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Lorsque je parle d’épuisement, je n’exagère pas, bien au contraire. Des médecins japonais ont carrément inventé un mot, « Karōshi », signifiant littéralement « mort par sur-travail ».

    Les Japonais vivaient auparavant presque à plein temps sur leur lieu professionnel. Il était communément accepté que les journées (les journées/nuits !) se terminent de manière fréquente à minuit et qu’employés et employeurs aillent ensuite boire un verre (l’inverse étant très mal vu). Le « Karōshi » est donc une surcharge de travail entraînant des troubles cardio-vasculaires pouvant mener à une crise cardiaque fatale. Les journées précédant la mort du salarié, les heures de travail sont comptées pour éclaircir la raison du décès. Si ce dernier a effectué des journées de plus de 16 heures de manière récurrente, ou même une de 24 heures, on constate qu’il s’agit d’un « Karōshi ». D’un point de vue économique, les Japonais sont souvent considérés comme les Occidentaux de l’Orient. Espérons que nous ne suivrons pas ce modèle de surcharge de travail dévastateur pour notre santé.

    Il doit exister de nombreux mots employés uniquement dans une seule langue. Si vous détenez d’autres exemples de ce genre, n’hésitez pas à venir les poster à l’adresse facebook du Cabinet :

    http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840

    Cela vous permettra d’éclairer nos lanternes. Sans les prendre pour des vessies, merci !