Billets de cabinetagathecostes

  • Le pouvoir des mots

    Un ami a eu la délicate attention de m’offrir et de me prêter quelques lectures récemment. Parmi celles-ci figurait un essai sur la parole. Les pépites issues ce texte sont si nombreuses que je ne sais laquelle mettre en avant.

    « Le seul mauvais choix est l’absence de choix », a écrit Amélie Nothomb dans Métaphysique des tubes. Je vais donc citer cette phrase : « La parole est une arme de guerre ou un instrument de paix : elle peut avoir une force de déflagration redoutable ou une puissance de réconciliation inattendue. »

    « La parole est une arme de guerre »

    On dit en effet que les mots blessent, font souffrir, au même titre que des plaies béantes. Ils peuvent heurter, diviser, faire surgir des émotions néfastes telles que la colère, la peine, la jalousie, le ressentiment...

    Je marchais dans la rue hier et j’ai croisé un homme en train de téléphoner. Son ton était emporté, il parlait excessivement fort et surtout… il ne pouvait pas prononcer deux phrases d’affilée. À l’autre bout de la ligne, la personne devait certainement lui couper sans cesse la parole. Au bout d’un moment, il a répété de nombreuses fois, excédé : « Tu m’écoutes ! » Visiblement en vain. Les mots ne parvenaient pas à sortir de sa bouche et cela semblait décupler sa colère. C’était comme si les paroles s’accumulaient à l’intérieur de lui, bloquées par un barrage qui allait bientôt céder sous la pression. Le torrent qui en jaillirait promettait d’être violent.

    « La parole est un instrument de paix »

    Les mots nous lient et nous permettent d’entrer en contact avec les gens. Ils font apparaître les points de vue, les intérêts, la manière de penser et de construire un raisonnement, d’utiliser l’humour, de dire des émotions ou de révéler des sentiments.

    Les mots nous offrent la possibilité de nous mettre d’accord, d’écouter l’avis d’autres personnes et de le confronter au nôtre, de nous réconcilier, de nous rapprocher, de nous étonner et mieux encore : de nous faire rire.

    Ils ont cette incroyable faculté de nous lier ou de nous délier. Peut-être que nous nous en apercevons plus lorsque nous sommes à l’étranger et que nous ne connaissons pas le langage local. Nous pouvons certes nous comprendre grâce aux signes, à l’attitude ou à l’intonation, mais la discussion reste limitée, et nous sentons bien que le lien le sera forcément aussi. On utilise d’ailleurs souvent l’expression suivante : la barrière de la langue. Celle qui nous empêche en quelque sorte d’aller vers l’autre.

    Les mots qui sortent de notre bouche ne sont pas anodins et si on y prête attention on remarque qu’ils subissent énormément notre humeur. Il se pourrait bien que l’une des recettes pour être heureux soit d’employer dès que possible des vocables à connotation positive.

    Je vous laisse essayer cette idée pour l’été, une saison où votre vocabulaire sera forcément plus ensoleillé !

  • Trouver les mots

    Dans une discussion avec un proche, dans un contexte professionnel, lors d’un discours, le principal problème posé est de « trouver les mots ».

    En effet, pourquoi utiliser les mots adéquats est-il si complexe ? On dit parfois que la personne avec qui nous communiquons ne parle pas la même langue que nous afin d’exprimer notre frustration d’être incompris.

    Une phrase de Bernard Werber, extraite de son Encyclopédie du savoir relatif et absolu, résume à merveille cette grande difficulté : « Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »

    Il faut ajouter à ces neuf possibilités le fait que le sens des mots évolue et que leur signification peut être variée. En fonction du vécu et de la sensibilité, certains vocables résonneront différemment selon les personnes. On peut dire de quelqu’un qu’il est « malin » avec un sous-entendu approbateur comme avec une connotation négative. Par ailleurs, la « préfète » était auparavant la femme du préfet, aujourd’hui elle est celle qui exerce cette fonction. Il faut ajouter à cela l’implicite. Quand je précise que j’ai froid, on peut interpréter qu'il est nécessaire de fermer la fenêtre, à tort ou à raison.

    Dans ce contexte, l’écrivain public rencontre de nouvelles problématiques. Il doit utiliser un langage écrit pour traduire au mieux le message que veut transmettre son client. Première difficulté. De plus, il peut proposer des pistes d’amélioration pour que ce message atteigne avec plus d’efficacité son but. Enfin, je pense que le professionnel doit adapter le vocabulaire qu’il emploie au langage de son client. La lettre, le dossier ou le document demandés doivent selon moi faire apparaître la personnalité du client ou ce qu’il veut montrer d’un produit, d’un lieu, d’un fragment de vie, etc.

    Ceci est mon opinion et il se peut que certains de mes confrères et consœurs ne la partagent pas. Le débat reste ouvert.

    Je pense notamment à la lettre de motivation. Il s’agit d’un courrier dont l’objectif est d’obtenir un rendez-vous. Si jamais la lettre ne reflète pas la personnalité du candidat, les recruteurs pourront regretter un décalage entre le document et la personne qu’ils reçoivent, il existe donc de grandes chances que l'entretien n’aboutisse pas. Mais je peux également prendre l’exemple d’un dossier de presse évoquant un produit. Ce dossier doit présenter clairement son sujet, le valoriser, tout en utilisant un langage adapté à l'image que la marque cherche à faire passer.

    Ainsi, on dénombre beaucoup de difficultés pour l’écrivain public. Toutefois, il bénéficie d’un avantage primordial par rapport à son client : il a du recul. Il est toujours plus évident de parler d’une tierce personne que de soi-même. Par ailleurs, lorsque quelqu'un souhaite communiquer sur un produit ou un service qu’il vend, l’écrivain public percevra plus facilement ce qui pourrait échapper à ses potentiels acheteurs, car lui ne connaît pas ce produit et doit le comprendre, comme cette même cible. Il pourra donc définir plus aisément les points à développer et vérifier en concertation avec son client que le langage correspond bien à son univers.

    Enfin, l’écrivain public maîtrise la communication écrite. Ce qui n’est pas neutre de nos jours. Ainsi, il possède toutes les qualités requises pour vous aider à « trouver les mots ». CQFD !

  • Mesdames et messieurs les arismocrates

    Lors d’une soirée, une amie m’a questionnée : « Comment faut-il écrire madame et monsieur ? Avec ou sans majuscule ? En abrégé ? » J’ai tâché de lui répondre le plus simplement possible. À la vision de ses yeux écarquillés, j’ai saisi que je n’avais pas été très claire. Il est vrai que commencer mon explication en lui détaillant la nature des exceptions ne pouvait l’aider.

    J’étais ainsi déçue de n’avoir pas su synthétiser efficacement ces usages typographiques. Comme le constate – avec beaucoup d’humour - le Dicomoche : « Ce que l’on conçoit mal s’énonce obscurément et les mots pour le dire arrivent péniblement. » Je devais donc mieux concevoir ces règles, afin de les énoncer clairement et mes mots seraient arrivés aisément, merci M. Boileau… ou monsieur Boileau… ou Monsieur Boileau ?!

    C’est ce que nous allons voir.

    Imaginons deux situations distinctes.

    Dans le premier cas, vous vous adressez directement à quelqu’un. Vous lui parlez ou vous lui rédigez une lettre.

    Ainsi, vous prenez votre plus belle plume de paon, la trempez dans de l’encre de Chine, sortez votre papier en vélin et commencez à le gratter harmonieusement de votre élégante écriture calligraphiée. Bref, vous envoyez un mail.

    Dans ce cadre, il est nécessaire d’écrire madame ou monsieur intégralement et en minuscules. Normalement, vous ne devriez pas ajouter la majuscule dans vos courriers (comme dans la phrase : « Je vous prie de recevoir, madame, etc. »).  Cependant, la capitale revient fréquemment par politesse. Elle est donc tolérée et vos interlocuteurs peuvent apprécier d’être ainsi « arismocratisés » par un Madame ou Monsieur. Si le mot est le premier de la phrase, il commence évidemment par une majuscule.

    Dans le second cas, vous évoquez une personne. Si son nom est connu, vous devez rédiger les mots sous leurs formes abrégées : M. et Mme. Par ailleurs, si vous ne savez pas son nom, il faudra alors écrire monsieur ou madame.

    Pour synthétiser – mieux que ma tentative avec mon amie - il faut donc retenir les points suivants :

    - on utilise M. et Mme uniquement lorsque l’on désigne une personne à qui l’on ne s’adresse pas et dont on connaît le patronyme ;

    - à l’inverse, si on parle d’elle sans la connaître, on rédige monsieur ou madame en entier ;

    - on écrit monsieur et madame lorsque l’on s’adresse à la personne, l’ajout de la capitale initiale intervenant souvent dans les courriers par mesure de déférence.

    Enfin, si vous souhaitez oublier ce que vous venez d’acquérir (ou de voir confirmé), il est toujours possible de compléter ces informations par de nouvelles exceptions : la majuscule s’invite lorsque le titre de civilité devient  honorifique en raison de l’Histoire (avec un H également, mais j’y reviendrai…) comme « Monsieur, frère du roi », ou quand le mot constitue le titre d’un ouvrage, comme cette très chère « Madame Bovary ».

    Ce sera tout pour aujourd’hui. J’espère que vous n’écarquillez plus les yeux. 

  • Les arismocrates et les fonctions

    Les règles typographiques étant ce qu’elles sont – une science inexacte sur laquelle très peu de gens parviennent à se mettre d’accord – je vais tenter l’impossible : résumer en quelques textes quels sont les mots qui prennent une majuscule et pour quelles obscures raisons ils paradent ainsi fièrement.

    Les arismocrates sont donc, depuis mon dernier blog, les mots possédant le privilège de la majuscule.

    Aujourd’hui, j’aborderai les fonctions.

    Avez-vous déjà remarqué que dans les écrits les maçons restent des maçons, les fonctionnaires demeurent des fonctionnaires et que les directeurs deviennent des Directeurs ?!

    Il faut croire que la communication écrite respecte nos craintes, parfois infondées, de la hiérarchie. Automatiquement, celui qui se situe en haut de cette échelle se trouve affublé d’une majuscule.

    Le Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale n’a :

    1) pas trouvé de nom plus court (c’est fâcheux) ;

    2) jamais mentionné l’emploi de majuscule pour les directeurs.

    Voici ce qu’il indique :

    « Les noms de fonctions, charges ou titres civils, publics ou privés, administratifs ou religieux, se composent normalement en bas de casse. »

    Il émet seulement deux réserves :

    « Toutefois, dans un ouvrage particulier, l’auteur peut utiliser un titre ou une fonction à la place du nom propre d’un personnage facilement reconnaissable ; ce terme pourra alors prendre la majuscule : le conflit entre l’Empereur (Napoléon Ier) et le Pape (Pie VII) […] Dans les textes officiels, on rencontre souvent avec une majuscule initiale : le Président de la République. »

    En effet, président, contrairement à « République » ne devrait pas utiliser de majuscule, mais, comme pour les directeurs/directrices, certains textes, journaux et écrits (courriers) l’ajoutent. Il s’agit d’une mesure de déférence. Ainsi, ces mots peuvent tout de même être tolérés avec ce « léger supplément d'âme ».  

    Cependant, ma consoeur bretonne Marie-Agnès Ollier m'a, en outre, précisé que lorsque l'on évoquait le président de la République, on l'écrivait Président avec une capitale lorsqu'il n'était pas suivi par "de la République" (soit Président, soit président de la République).

    Le français étant, lui, ce qu’il est - un hommage aux exceptions - une seule fonction devrait normalement commencer par une majuscule : celle de Premier ministre. En revanche, retenez bien que les ministres de son gouvernement n’en prennent pas et que leur ministère s’en charge à leur place (de la majuscule, pas du travail…) : le ministère de la Culture, de l’Éducation nationale, etc.

    Je vous laisse méditer sur ces contradictions typiquement françaises en attendant la suite des arismocrates. Heu… Arismocrates ?!

  • Ciel !

    J’ai écouté depuis quelque temps déjà une interview fort intéressante d’Hubert Reeves à la radio. Il évoquait un livre nommé Les mots du ciel dont il a rédigé la préface. Cet ouvrage, écrit par Daniel Kunth, traite de la relation entre notre vocabulaire et le ciel.

    Ray Bradbury disait ceci : « La chose la plus amusante dans ma vie, c'était de me réveiller chaque matin et de courir jusqu'à la machine à écrire parce que j'avais eu une nouvelle idée. » Alors, quand j’ai entendu l’existence de ce livre basculant entre un ciel qui nous laisse rêveurs et des mots qui nous laissent pantois, j’ai suivi les conseils de l’homme aux multiples romans d’anticipation : j’ai foncé ! Certes, il ne s’agissait pas de mon idée, mais je l’ai trouvée tellement brillante (comme une étoile…) que j’ai souhaité la relayer dans ce blog.

    En effet, cet ouvrage nous questionne par exemple sur le lien possible entre un malotru, une star (quoique les deux peuvent parfois ne faire qu’un…) et un désastre. « Malotru » vient du latin « male astrucus » qui signifie « né sous une mauvaise étoile ». « Star » est emprunté à l’anglais et veut dire étoile. Tandis que « désastre » est issu de l’italien disastro, le préfixe dis- possédant une valeur péjorative qui implique que « dis-astro » désigne « mauvais astre ».

    Au-delà de l’étymologie, le ciel nous ramène, simples petits Terriens, à tout ce qui est relatif à la spiritualité, aux croyances. Comme nous n’avons pas encore compris tous ses secrets, nous y plaçons sûrement beaucoup d’espoir.  Le paradis nous y attend, et non le centre de notre chère planète. Un bémol toutefois, mis en avant par Claude Aveline : « Inutile d'interroger le Ciel, il a réponse à tout. » On patientera donc encore un peu avant d’en savoir plus.

    Même la typographie lui rend un hommage appuyé en recommandant des majuscules lorsque l’on évoque les astres (et non lorsqu’on les invoque…). Extrait du Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale : « Les noms de constellations, étoiles, planètes prennent une capitale initiale au mot déterminant ainsi qu’à l’adjectif qui le précède […] Les mots soleil, terre, lune s’écrivent avec une majuscule quand ils désignent l’astre, la planète ou le satellite lui-même (la conquête de la Lune, etc.) et avec une minuscule dans les autres cas (un coucher de soleil…). »

    Ainsi, les astres possèdent le même honneur que vous et moi : leur nom se rédige avec une majuscule.

    Nous verrons dans de futurs blogs les autres « arismocrates » bénéficiant de ce privilège.

    À bientôt !

     

     

     

     

  • Prosopopons

    J’avais déjà abordé dans un blog précédent le fait que la sonorité des mots pouvait nous faire entrevoir quel était leur sens. Un confrère m’avait alors signalé que ce constat se nommait le cratylisme. Toutefois, il faut préciser que le cratylisme affirme que le rapport entre le son et la signification est permanent, ce qui demeure contesté.

    L’expression est issue d’un dialogue entre plusieurs personnages dans un récit de Platon, parmi ceux-ci figurent Cratyle et Hermogène. Le premier prétend qu’existe un lien entre les mots et les choses, tandis que l’autre défend l’idée inverse de l’arbitraire, les hommes définissant les vocables seulement selon leur propre volonté.

    Le débat reste ouvert.

    En attendant cette lutte fratricide entre les pour et les contre, j’ai entendu récemment un mot peu utilisé, mais à la douce mélodie : prosopopée. J’ai tellement apprécié la résonance de ce terme que j’étais persuadée de la splendeur de sa définition ! Il s'agit d'une figure de style et sachant à quel point j’aime les lettres, je me dis que le hasard n’existe pas.

    La prosopopée consiste à faire parler un objet, un absent, un être inanimé ou un animal dans une histoire. Les écrivains et scénaristes utilisent souvent ce procédé pour raconter des récits offrant une vision différente. Levy a inspiré Spielberg en donnant la parole à une séduisante femme fantôme. Le Chat botté de Charles Perrault a connu une seconde vie au cinéma avec le Chat potté. Et quand Baudelaire s’en sert pour évoquer la beauté, la prosopopée prend une tournure bien plus lyrique :

    « Car j'ai, pour fasciner ces dociles amants,

    De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :

    Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles ! »

     Si jamais vous entendez des mots rares, gracieux et méconnus, venez les partager sur la page facebook du Cabinet, là « où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté » !

    http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840  

  • Les mots, les langues, la vie d’un peuple, la société...

    Je suis passionnée par le langage pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles est qu’il constitue un témoignage de la culture de nos sociétés. En effet, le langage est influencé par nos habitudes, nos pratiques, nos coutumes, nos comportements… Ou peut-être est-ce l’inverse et il agit sur nos attitudes, nos traditions et même plus : notre manière de penser.

    Entre la poule et l'œuf...

    Une amie norvégienne m’expliquait que dans leur langue le mot « døgn » signifiait la journée entière, c’est-à-dire le jour et la nuit. En français, nous distinguons bien ces deux parties. Les Norvégiens connaissent des hivers avec seulement cinq heures de jour. Heureusement pour eux, les étés sont beaucoup plus cléments et la lumière est présente dix-neuf heures sur vingt-quatre. Il apparaît logique que dans ce contexte un jour ne soit pas divisé en deux tranches, mais qu'il forme une unité.

    Dans la société japonaise, le travail constitue une valeur primordiale. Ce constat est en train d’évoluer, car les jeunes générations ont vu leurs parents s’épuiser au bureau et ils aspirent ainsi à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Lorsque je parle d’épuisement, je n’exagère pas, bien au contraire. Des médecins japonais ont carrément inventé un mot, « Karōshi », signifiant littéralement « mort par sur-travail ».

    Les Japonais vivaient auparavant presque à plein temps sur leur lieu professionnel. Il était communément accepté que les journées (les journées/nuits !) se terminent de manière fréquente à minuit et qu’employés et employeurs aillent ensuite boire un verre (l’inverse étant très mal vu). Le « Karōshi » est donc une surcharge de travail entraînant des troubles cardio-vasculaires pouvant mener à une crise cardiaque fatale. Les journées précédant la mort du salarié, les heures de travail sont comptées pour éclaircir la raison du décès. Si ce dernier a effectué des journées de plus de 16 heures de manière récurrente, ou même une de 24 heures, on constate qu’il s’agit d’un « Karōshi ». D’un point de vue économique, les Japonais sont souvent considérés comme les Occidentaux de l’Orient. Espérons que nous ne suivrons pas ce modèle de surcharge de travail dévastateur pour notre santé.

    Il doit exister de nombreux mots employés uniquement dans une seule langue. Si vous détenez d’autres exemples de ce genre, n’hésitez pas à venir les poster à l’adresse facebook du Cabinet :

    http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840

    Cela vous permettra d’éclairer nos lanternes. Sans les prendre pour des vessies, merci !

  • Il est doux comme un agneau : il ne ferait pas de mal à une mouche

    Je me suis amusée, ce week-end avec des amis, à tenter de recenser les expressions rendant hommage à nos chers animaux.

    Force est de constater qu’ils nous inspirent énormément (ça trompe énormément) :

    - muet comme une carpe ;

    - bavard comme une pie ;

    - malade comme un chien ;

    - têtu comme un âne ;

    - nu comme un ver ;

    - rusé comme un renard ;

    - fier comme un coq (Gaulois que nous sommes)…

    Sans compter les métaphores :

    - faire le mouton, l’autruche, la taupe, la marmotte, le requin… 

    Les expressions :

    - la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe ;

    - on n’apprend pas au vieux singe à faire la grimace…

    Les compliments :

    - une haleine de fennec.

    Les compliments à l’intention des femmes :

    - une cougar, une tigresse, un thon, un cachalot, une baleine, etc.

    Même Baudelaire s’est essayé à évoquer nos amies les bêtes, plus précisément les matous. Voici l’un des passages du poème Le Chat, cité ici juste pour le plaisir :

    « De sa fourrure blonde et brune sort un parfum si doux qu’un soir j’en fus embaumé... »

    Mais enfin pourquoi les animaux sont-ils si présents dans notre langage ? Nous parlons d’eux tous les jours, sans même y penser !

    Un livre de l’écrivain américain Jonathan Safran Foer avait fait sensation l’année dernière en France, il traitait de notre étrange rapport aux animaux. En effet, nous pouvons en déguster certains sans aucune vergogne et apprécier la compagnie d’autres (qu’il serait impensable de manger). Nous pouvons en utiliser pour nos propres besoins (les chevaux de trait, les vers pour le compostage), jouer avec d’autres (lancer une balle à un chien, tirer sur un fil devant un chat), les admirer, regarder des documentaires sur eux ou même les tuer pour le « plaisir » de les traquer.

    Ils sont présents dans nos foyers, dans nos assiettes, dans nos langages… Décidément, ils sont partout !

    Pourquoi ?

    Peut-être parce qu’ils nous ont précédés et qu’ils nous survivront.

    Eh oui, c’est le dernier blog avant l’apocalypse !

    Si vous souhaitez faire part d’autres « expressions animalières », rendez-vous sur la page facebook du cabinet :

    http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840

    Pour information, aujourd’hui à Montpellier il a plu comme vache qui pisse : un vrai temps de chien.

    À l’année prochaine !

  • À contresens

    Certains mots possèdent un double sens. D’autres en ont même plus, sans parler des homophones qui peuvent embrumer les esprits les plus éclairés. Tiens, comme nous parlons d’éclairage, de lumière, prenons l’exemple du mot illuminé. Ce dernier peut revêtir deux significations complètement antagonistes : d’un côté un illuminé est un fou qui n’aurait plus toute sa tête, et de l’autre un illuminé représente une personne éveillée, dont l’âme a été « illuminée » par Dieu, le savoir ou la sagesse, en fonction des croyances de chacun.

    D’autres mots présentent également cette caractéristique : 

    - un hôte, peut recevoir ou être invité ;

    - apprendre, veut dire enseigner ou bénéficier d'un enseignement ;

    - plus, on en veut toujours plus alors qu’il n’y a plus rien, etc.

    On appelle cela la polysémie. Ce n’est ni la polygamie, ni la Polynésie. Merci d’y veiller...

    Toutefois, la polysémie comprend aussi des mots ayant plusieurs définitions différentes, mais pas forcément contraires.

    C’est en recherchant des éléments à partir de cette idée que je suis tombée sur un texte écrit par un dénommé… Sigmund Freud. Tout cela après avoir animé quelques jours auparavant un atelier d’écriture sur le… rêve. Freud expose la possibilité qu’une chose figurant dans un rêve puisse signifier son contraire. Un peu comme ces mots. Le fondateur de la psychanalyse évoque ensuite le fait que dans l’Antiquité, les Égyptiens avaient « coutume de donner aux pensées les plus contraires une seule et même consonance verbale et de relier en une sorte d'union indissoluble ce qui de part et d'autre était le plus fortement opposé. » Extrait de l’article Des sens opposés dans les mots primitifs.

    Ce qui nous ramène clairement aux exemples cités plus hauts.

    Ainsi, un seul mot peut exprimer deux significations opposées. Il est même possible de regrouper deux mots de sens contraires pour leur donner un nouveau relief : cette figure de style se nomme l’oxymore. Un silence éloquent est une expression contradictoire, pourtant elle est parfaitement compréhensible.

    Et puis, dans un genre plus trivial et surtout plus amusant, Valérie Lemercier avait indiqué dans une émission de télévision quelques mots dont je vous laisserais retrouver seul le double sens !

    En voici quelques-uns : compétent, tapisser, paniquer…

    C’est évidemment plus comique lorsque c’est elle qui les prononce !

    Si vous avez d’autres propositions farfelues, vous pouvez venir les partager sur ma page facebook :

    http://www.facebook.com/home.php#!/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840

    C’est simple comme un clic  qui « aime » !

  • Des phrases (et des hommes) en or

    « Parfois, il faut monter très haut pour comprendre à quel point on est petit. »

    Felix Baumgartner

    La citation est parfaite.

    L’analogie avec le célèbre « c’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité » de Neil Armstrong est criante.

    Felix Baumgartner saute à plus de 38 kilomètres de hauteur, dépasse Mach 1 dans sa petite combinaison high-tech et signe une phrase qui entrera — au même titre que sa performance — dans le livre de l’Histoire par la grande porte.

    Mais pourquoi apprécions-nous autant ces phrases ? Pour quelles raisons certaines parviennent-elles à marquer les esprits aussi longtemps ? Quel est le « petit plus » qui leur permet une notoriété durable ?

    Leur esthétique littéraire ?

    Dans les phrases de Neil Armstrong et de Felix Baumgartner, le vocabulaire employé est rudimentaire. Toutefois, la portée de leur exploit offre une dimension nouvelle à leurs mots.

    Leur originalité ?

    Friedrich Nietzsche a écrit : « Ce qui ne me détruit pas me rend plus fort. » Rien de bien original. En revanche, sa citation est universelle : qui n’a pas souffert ? Qui n’a pas appris de ses erreurs et de ses regrets ? Nous sommes tous, en quelque sorte, des phénix (et pas des Felix pour ceux qui, comme moi, ont le vertige à partir de 4 mètres de haut).

    Leur complexité ?

    Voici ce que le Dalaï-lama aurait répondu à quelqu’un qui lui demandait ce qui le surprenait le plus dans l’humanité :

    « Les hommes... Parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, ensuite ils perdent de l'argent pour retrouver la santé. Et à penser anxieusement au futur, ils en oublient le présent de telle sorte qu'ils finissent par ne pas vivre ni le présent, ni le futur. Ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir... et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu. »

    Une réponse particulièrement juste. À sa lecture, on constate même qu’elle apparaît comme une évidence. Le secret est peut-être là. Prononcer une phrase comprenant des mots simples, ayant une portée universelle et dont personne n’a encore su exprimer l’évidence.

    À croire que lorsque l’on observe les choses de trop près, on ne les voit même plus. Dans ce cas, la sagesse d’un Nietzsche, d’un Dalaï-lama ou d’un Baumgartner peut toujours servir…

    Si vous avez d’autres suggestions pour répondre à ma question, rendez-vous sur la page Facebook du Cabinet :

    http://www.facebook.com/pages/Cabinet-Agathe-Costes-%C3%A9crivain-public/182916225107840

    C’est simple comme un clic qui aime.

    À bientôt.